Vietnam Decouverte

Le Nord du Vietnam, que faire & que voir ?

Le Nord du Vietnam se visite idéalement en deux semaines. Si vous ne disposez que d’une seule, nous vous recommandons de privilégier ses sites majeurs – Hanoi, la baie d’Halong et sa version terrestre de Ninh Binh – ainsi que la vallée de Mai Chau ou la réserve de Pu Luong, assez proches de la capitale. Si vous avez plus de temps, allez parcourir les régions montagneuses de Sapa et Bac Ha (à l’ouest) ou de Ha Giang et Cao Bang (à l’est).

Voici une sélection « Que faire & que voir » de ce qui vous attend, avec les points essentiels. N’hésitez pas à nous contacter pour de plus amples renseignements.

Tour du centre historique de Hanoi

La capitale millénaire du Vietnam s’explore progressivement et de plusieurs façons, dans son Vieux quartier attenant au pittoresque et animé lac Hoan Kiem (« de l’Épée Restituée ») pour commencer. Les 36 rues de ce centre historique portent chacune le nom d’une corporation, d’un produit ou d’un matériau pour ou sur lesquels des artisans travaillaient dans les temps anciens. À environ un kilomètre à l’ouest du lac, le très confucéen Temple de la Littérature, construit au XIème siècle, fut la première université du pays. On le découvre en s’enfonçant dans une série de cours et de portiques, tout en admirant de nombreuses stèles et gravures. Un peu plus au nord, autour de la place de Ba Dinh, se trouvent l’originale Pagode au Pilier unique, le Palais présidentiel où siégeait naguère le gouverneur d’Indochine, et surtout le Mausolée de Ho Chi Minh. Les visiteurs peuvent aussi découvrir à proximité la maison sur pilotis et des habitations où le vénéré orchestrateur de l’indépendance du Vietnam, mort en 1969, passa ses dernières années.

Le Musée d’Ethnographie, à l’ouest du centre historique, permet de se familiariser avec les 54 minorités ethniques du Vietnam. Le parc attenant permet de baigner dans la ruralité de ces tribus qui peuplent surtout ses hauts plateaux, avant d’aller les explorer sur place. On y organise parfois des spectacles de Marionnettes sur l’eau, représentés surtout dans deux théâtres du Vieux Quartier. Il s’agit d’un art populaire visuel et musical datant du Moyen âge, typique du Delta du Fleuve Rouge.

Vendeuse ambulante, Hanoi

Croisière dans la baie d’Halong

Plus de 1500 îles et îlots surgissent dans le Golfe du Tonkin à 160 kilomètres au nord-est de Hanoi, parsemés dans un des sites les plus spectaculaires de la planète. Il s’agit de formations en calcaire karstique non habitées par des êtres humains et ressemblant parfois à des objets ou des animaux. Cet archipel de pains de sucre, émergeant sous forme de rocs purs ou de pitons recouverts par une forêt vierge verdoyante, est inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco.

La également dénommée « baie d’Along » se visite en naviguant sur une jonque. Il est possible – et fortement recommandée ! – d’y passer une ou deux nuits, en particulier pour le coucher du soleil sur ses icebergs rocheux. Cela laisse le temps d’approcher certaines de ces îles en kayak, d’y débarquer éventuellement pour faire une pause plage ou bien d’y explorer des merveilles cachées. La grotte Sung Sot, par exemple, dont le nom signifie « surprise » en vietnamien, est une des plus belles et grandes cavités parmi les nombreuses que compte le site maritime.

La baie d’Halong est la première attraction touristique du Vietnam, étant souvent considérée comme la « huitième merveille du monde ». Prise au sens large, elle se déploie sur une bande d’une vingtaine de kilomètres de large et une soixantaine de long, et comprend également les baies de Lan Ha (et l’île de Cat Ba) au sud et de Bai Tu Long à l’est. Il y a par conséquent plusieurs façons de la découvrir.

La baie d'Halong
Séjour en croisière sur la baie d'Halong

Visite de Ninh Binh, la « baie d’Halong terrestre »

Un défilé de pitons calcaires au milieu de champs de riz, voilà ce qui attend les visiteurs à deux pas de Hanoi, à Ninh Binh, une des provinces septentrionales du Vietnam. Située aux confins du Delta du Fleuve Rouge, elle doit son surnom de « baie d’Halong terrestre » à la ressemblance de ses belles formations rocheuses avec celles du célèbre archipel. À la place de la mer, il y a des plaines alluviales de rivières et rizières qui rendent le site parfois plus spectaculaire que celui du Golfe du Tonkin. C’est particulièrement le cas avec le vert radieux avant les récoltes, de mars à mai et de juillet à octobre.

Les collines et cours d’eau de la région créent des paysages féeriques. Les fans de monuments historiques ou religieux y apprécient également Hoa Lu, antique citadelle et capitale du Vietnam. Il en est de même avec les hauts lieux de pèlerinage de Bai Dinh pour les bouddhistes et de Phat Diem pour les catholiques.

Pour bien découvrir les merveilles de Ninh Binh – et y connaitre une « expérience multi-sensorielle » comme l’a souligné l’Unesco – il faut prévoir deux jours au moins. Les complexes naturels de Tam Coc et Trang An s’explorent en naviguant pendant une ou deux heures dans des petits sampans souvent propulsés par des rameuses avec leurs pieds ! La « baie d’Halong terrestre » est aussi une destination bucolique exquise pour les promenades à vélo dans la campagne vietnamienne. Entre grands rochers, rizières, potagers, étangs et hameaux, on y découvre aussi la vie quotidienne des villageois.

Visiter-la-baie-d'Halong-terrestre,-Ninh-Binh
La baie d'Halong terrestre de Ninh Binh

Randonnées au sommet du Vietnam

Les montagnes du Nord, issues de la chaine himalayenne, offrent de vastes et magnifiques paysages de collines gigantesques et de rizières en terrasse. Se familiariser avec elles, lors de « treks » inoubliables de quelques heures ou journées, demande 10 à 15 jours idéalement. Le contact avec les minorités ethniques – des Hmong et Dzao aux Nung – en dormant parfois chez elles, dans les maisons sur pilotis de familles Tay par exemple, constitue aussi une expérience unique.

En parcourant tout d’abord l’aile nord-ouest de ce Vietnam septentrional, on découvre Sapa, la station climatique créée par les autorités coloniales françaises. Elle se trouve au milieu de vallées rizicoles spectaculaires à deux pas du mont Fansipan, record d’altitude d’Asie du sud-est avec ses plus de 3100 mètres ! Puis on rejoint Bac Ha, au cœur d’une campagne très pittoresque, réputée pour ses foisonnants marchés ruraux et ses villageois de la communauté des Hmong fleuris.

En venant de Hanoi, on peut également s’arrêter à Nghia Lo ou Mu Cang Chai, contrées renommées pour leurs magnifiques champs de riz en escalier. Des balades à pied ou à vélo permettent de mieux connaitre leurs ethnies Thaï ou H’mong.

L’aile nord-est du nord montagnard offre autant de paysages extraordinaires grâce aux dénivelés de terrains. Ses tribus et sa température agréables en ont fait également une destination majeure, épargnée par le tourisme de masse. La province de Ha Giang, dans la pointe nord du pays, abrite le « géo-parc karstique de Dong Van » ; il doit notamment à ses « forêts » de pitons rocheux et au splendide col de Ma Pi Leng le fait d’être encensé par l’Unesco. Plus à l’est, on entre dans Cao Bang, autre haut lieu d’aventures montagnardes, dans des collines ondulantes et sauvages. On peut y connaitre les très minoritaires mais célèbres Lolo noirs, notamment, et admirer les chutes de Ban Gioc, les plus grandioses du Vietnam.

Le long lac Ba Be, enfin, entouré de falaises calcaires et de forêts vierges, est un lieu de navigation idéal au retour d’un « trek » à Ha Giang et Cao bang. On randonne dans son parc national entre grottes, cascades et hameaux ethniques.

Belles rizières en terrasse, Sapa
Randonnée à travers les belles rizières de Sapa

Découverte des vallées de Mai Chau ou Pu Luong

Un double havre de paix rural attend les amateurs de calme, de nature et de villages ethniques. Situé à environ trois heures de route au sud-ouest de Hanoi, il se découvre en deux jours ou plus.

Mai Chau, tout d’abord, est un cadre idéal pour décompresser entre sa mosaïque de champs ou potagers et ses monts couverts de jungle. On est au cœur d’un des plus jolis sites bucoliques du Nord-Vietnam, où sonnent doucement le souffle des buffles et zébus et le caquètement des poules. Selon la saison, on y marche ou pédale autour de rizières d’un vert ou jaune éclatant, ou aux formes de miroirs quand elles sont inondées. Dans les maisons sur pilotis à la fois rustiques et élégantes, des Thaïs blancs proposent aux voyageurs un séjour chez l’habitant, occasion de découvrir en direct leurs traditions ancestrales.

Il en est de même à Pu Luong, réserve naturelle à seulement une demi-heure de Mai Chau. Ses champs de riz en terrasse, ruisseaux, roues à eau, forêts vierges et formations rocheuses karstiques sont une version plus sauvage du Vietnam rural. Ce site peu fréquenté est constitué par deux crêtes montagneuses parallèles, séparées par une vallée très agricole. On y assiste à toute une scénographie visuelle avec sa grande jungle millénaire qui se pénètre facilement.

Celle-ci couvre des monts à perte de vue et forme un sanctuaire naturel, hors des sentiers battus et sous le son des cascades. On est à l’abri des trappes à touristes, au contact avec une population discrète et bienveillante, vaquant à ses occupations. C’est le royaume de l’authentique pur ou presque, dominé par les communautés Thaï blanc et Muong.

Un double havre de paix rural attend les amateurs de calme, de nature et de villages ethniques. Situé à environ trois heures de route au sud-ouest de Hanoi, il se découvre en deux jours ou plus.

Mai Chau, tout d’abord, est un cadre idéal pour décompresser entre sa mosaïque de champs ou potagers et ses monts couverts de jungle. On est au cœur d’un des plus jolis sites bucoliques du Nord-Vietnam, où sonnent doucement le souffle des buffles et zébus et le caquètement des poules. Selon la saison, on y marche ou pédale autour de rizières d’un vert ou jaune éclatant, ou aux formes de miroirs quand elles sont inondées. Dans les maisons sur pilotis à la fois rustiques et élégantes, des Thaïs blancs proposent aux voyageurs un séjour chez l’habitant, occasion de découvrir en direct leurs traditions ancestrales.

Il en est de même à Pu Luong, réserve naturelle à seulement une demi-heure de Mai Chau. Ses champs de riz en terrasse, ruisseaux, roues à eau, forêts vierges et formations rocheuses karstiques sont une version plus sauvage du Vietnam rural. Ce site peu fréquenté est constitué par deux crêtes montagneuses parallèles, séparées par une vallée très agricole. On y assiste à toute une scénographie visuelle avec sa grande jungle millénaire qui se pénètre facilement.

Celle-ci couvre des monts à perte de vue et forme un sanctuaire naturel, hors des sentiers battus et sous le son des cascades. On est à l’abri des trappes à touristes, au contact avec une population discrète et bienveillante, vaquant à ses occupations. C’est le royaume de l’authentique pur ou presque, dominé par les communautés Thaï blanc et Muong.

une-biodiversité-riche-tant-en-faune-qu'en-flore,-Pu-Luong
Une biodiversité riche tant en faune qu'en flore, Pu Luong

Consultez-nous afin de recevoir des conseils et obtenir les informations nécessaires sur la région du Sud. Les experts locaux de l’agence Vietnam Découverte sont à votre disposition pour vous les fournir.

Autres rubriques qui vous intéresseraient :

Si vous avez encore des question sur la région du Nord

lan

Mme Lan DUONG,
conseillère en voyages

  • Infos sur la destination
  • Détails sur les circuits
  • Conseils pratiques

Rejoignez-nous sur

Rejoignez-nous sur

Besoin d'un conseil ?
Vous avez besoin d'informations ?
Vous avez une question particulière ?
Vous ne trouvez pas l'information que vous cherchez ?
Vous souhaitez un devis ?
Alors contactez notre conseillère ! Elle se fera un plaisir de vous aider.
Mme Lan DUONG
Un projet de voyage ?
Faites-nous part de vos envies, nous vous répondrons très vite en vous proposant des programmes sur-mesure ! Nos conseils et devis sont gratuits.
Mme Lan DUONG Conseillère voyage