Ninh Binh
Velo delta du Mékong

Guide complet de la culture vietnamienne

26/09/20192.859 views

Avec une histoire de plus de 4000 ans, la culture vietnamienne est l’une des plus vieilles en Asie. Voici un résume condensé des articles sur la culture du Vietnam. L’article explique bien sur son identité culturelle, ses mœurs et coutumes, ses boissons traditionnelles et ses arts ….

Une identité culturelle défendue au fil des siècles

Avant de comprendre la culture du Vietnam, il faut commencer par le début, c’est-à-dire par comprendre ce que signifie «Vietnam». Le nom de ce pays est composé de 2 mots : Viet, qui désigne l’ethnie Viet, et Nam, qui signifie Sud. L’ethnie Viet représente 86% de la population de ce pays. Le Vietnam est donc le pays des Viet du Sud. De la même façon, la Yougoslavie est composée de Yougo qui signifie Sud et de Slavie qui désigne les Slaves, ce qui donne les Slaves du Sud. La question qui se pose est : que sont devenus les Viet du Nord ? La réponse est : ils ont disparu! Ou plus exactement, ils sont devenus Chinois. Donc qu’est-ce qu’un Vietnamien?

"C’est un homme de l’ethnie Viet qui ne voulait pas devenir Chinois, qui ne veux pas devenir Chinois, et qui ne voudra jamais devenir Chinois!”.

la-calligraphie-vietnam

 

Selon M. Huu Ngoc – un chercheur culturel très connu au Vietnam, une erreur courante consiste à croire que la culture vietnamienne est un appendice de la culture chinoise, de même que le Vietnam serait un appendice de la Chine. Mais en y regardant de plus près, on s’aperçoit qu’il y a là 2 cultures bien distinctes. Par exemple, la culture vietnamienne ancestrale possède un élément en commun avec le Sud de la Chine, le Laos, le Cambodge, la Thaïlande, la Malaisie, l’Indonésie, etc., c’est-à-dire avec tous les pays subtropicaux d’Asie du Sud-Est, mais pas avec la Chine ancienne du Nord : c’est le tambour en bronze.

“Dans ces régions, la culture du riz en terrain submergé nécessitait beaucoup d’eau et lorsque la pluie ne venait pas, les paysans se servaient de tambours en bronze pour invoquer la clémence du Seigneur de la pluie. La culture traditionnelle chinoise se fonde sur une agriculture de terrain sec, ce qui a impliqué de nombreuses autres différences par la suite. D’ailleurs on dit que la Chine s’est développée autour du fleuve Jaune et le Vietnam autour du fleuve Rouge”, raconte Huu Ngoc.

Un rôle important de la langue vietnamienne

Selon Huu Ngoc, la langue joue également un rôle très important dans la constitution de l’identité vietnamienne : “Certes, de 60% à 70% de mots de notre langue proviennent du chinois, mais si nous perdions les 30% de mots vietnamiens qu’il nous reste, nous perdrions l’unicité de notre identité culturelle, et notre culture serait absorbée par la culture chinoise.

Il est arrivé que Hô Chi Minh trouve des expressions vietnamiennes composées de plusieurs mots d’origine chinoise et de changer ces mots par d’autres vietnamiens pour favoriser la pureté et l’originalité de la langue vietnamienne. C’est un peu ce qu’il se passait en France au 16e siècle lorsque la langue française commençait à se développer.” Une langue ancestrale qui a permis de conserver les mythes fondateurs du Vietnam.

Des croyances ont ainsi traversé les âges et perdurent encore aujourd’hui : l’animisme, le culte de la fécondité, de la mort, des ancêtres, la croyance aux génies, etc. Contrairement à celles de la Chine, les divinités vietnamiennes étaient en majorité féminines. Avant l’arrivée des Chinois au 2e siècle av. J.-C., le rôle de la femme était prépondérant au Vietnam. La société était à moitié matriarcale (sous l’autorité de la mère).

>>> Concernant le culte des divinités féminines, vous pourriez aimer : Le culte des Déesses Mère au Vietnam 

Lorsque 2 cultures se rencontrent, une culture dont l’identité est faible peut être entièrement assimilée et remplacée par l’autre. Mais lorsque les identités culturelles sont fortes, il y a un phénomène d’acculturation, c’est-à-dire que les cultures prennent chacune à l’autre ce qui leur semble bon et rejettent ce qui ne leur convient pas. M. Ngoc conclut son propos en disant que c’est de cette façon que la culture vietnamienne a évolué sans jamais perdre ses racines, elles ont puisé à l’extérieur ce qui leur semblait bon.

Une présence permanente dans la vie spirituelle

Afin de vous faire découvrir la culture vietnamienne distinctive, cet article vous présente un aspect de ses mœurs et coutumes : le culte des ancêtres et l’enterrement

Le culte des ancêtres

culte des ancêtres
L'autel des ancêtres placé dans la pièce centrale de la maison

La croyance qui veut que mourir signifierait retourner avec des ancêtres aux Neuf Sources, mais que de là leurs âmes reviendraient en permanence en visite afin de protéger la descendance, est la base du culte des ancêtres. Ce culte est présent chez de nombreux peuples du Sud-Est asiatique et constitue le trait spécifique de cette aire culturelle, mais selon les observations de l’ethnologue, c’est chez les Vietnamiens qu’il est le plus répandu et le plus développé, jusqu’à en devenir presque une religion. Dans son grand œuvre Luc Van Tien, Nguyen Dinh Chieu a écrit:

“Thà đui mà giữ đạo nhà

Còn hơn sáng mắt ông cha không thờ”.

(Il vaut mieux être aveugle et respecter les règles

Que de voir clair et ne pas vénérer ses ancêtres)

A la différence des occidentaux qui font attention à la date de naissance, les Vietnamiens attachent beaucoup d’importance au jour de la mort dans le culte des ancêtres, car c’est le jour où l’homme entre dans l’éternité.

L’autel des ancêtres est toujours placé dans la pièce centrale à l’endroit le plus respectable. D’après la conception vietnamienne, il n’y a pas de différence entre le monde où nous vivons (Yang) et le monde des morts (Yin): on présente donc à l’autel pour des ancêtres des choses parfaitement matérielles: nourritures, vêtements, objets usuels quotidiens et argent (ces derniers en papier, appelés Vang ma – objets votifs).

Seule la nourriture est réelle, et généralement accompagnée de fleurs, d’encens et d’alcool (facultatif) qui doit être de riz. Une chose ne doit pas faire défaut, c’est une tasse d’eau claire: c’est le bien plus précieux du riziculteur après la terre. Après la combustion des baguettes d’encens, on brûle le papier votif et on verse la petite tasse d’alcool ou d’eau sur les braises. C’est ainsi que les morts reçoivent leurs présents dans l’au-delà.

Les flammes et la fumée s’élèvent alors dans le ciel, l’alcool liquide se mélange au feu pour imprégner la terre: devant nos yeux, s’effectue une osmose feu-eau (Yin-Yang) et ciel-terre-eau (“Trois pouvoirs”) chargée de contenu philosophique.

L’enterrement au Vietnam

L''enterrement dans la culture vietnamienne
L'enterrement dans la culture vietnamienne

Une jeune fille, l’aînée des petites filles du mort, porte le portrait du défunt et se positionne en tête du cortège funèbre. À l’avant, les musiciens se mettent aussi en place. À leur suite, vient le géomancien qui guidera tout au long de la marche les porteurs du cercueil. Le bol de riz et l’œuf devront rester à l’horizontale durant tout le voyage, sans cela le géomancien et les porteurs ne seront pas rétribués pour leur peine. Les deux fils cadets du mort ont pris place derrière le cercueil. Enfin, viennent les parents proches, les amis et les voisins de la famille.

Durant la procession, les proches de la famille jettent des rectangles rouges et blancs, quan tai « cercueil », destinés à occuper les mauvais esprits qui, piégés par leur gourmandise, s’attarderont à déguster ces friandises qui ne contiennent que du vide. Tout le monde fait bien attention à ne pas les écraser et l’on peut deviner leur présence par terre en regardant les mouvements d’écarts que font les individus suivant le cercueil. Une jeune femme qui ne porte aucun signe de deuil passe dans le cortège distribuant cigarettes et thé.

Après avoir parcouru une partie du chemin menant au « cimetière », le cortège marque une pause lorsqu’il parvient à une intersection de chemins : les Vietnamiens croient que ces endroits sont fréquentés par des esprits. Durant cette pause, les deux fils cadets ne bougent pas de leur place. Les femmes et les hommes de la famille veillent à ce que de nombreux bâtonnets d’encens restent allumés, de nombreux “mã vàng” sont jetés, des cigarettes, du thé sont offerts. Puis la colonne funèbre repart.

Lorsque la file endeuillée parvient à l’endroit où la bière doit être ensevelie, celle-ci est transportée près de la fosse. Les porteurs s’évertuent à la déposer de façon horizontale mais un faux mouvement fait bouger le cercueil et toute l’assemblée s’émeut. De nombreux bâtonnets sont allumés et les pleurs deviennent plus bruyants et plus aigus. Tout autour de la fosse, les jeunes membres de la famille allument des bâtonnets sur les tombes entourant celle de leur membre défunt afin que les anciens locataires soient bienveillants avec le mort. Les fils cadets sont près de la fosse, accompagnés par la femme du défunt. Le portrait n’est plus tenu par la jeune fille, un jeune homme l’a remplacé et se poste à hauteur de la tête du cercueil : il ne bougera pas de cet endroit jusqu’au départ de la famille.

Lorsque le cercueil est en place, chaque membre de la famille jette une poignée de terre sur le cercueil et l’ensevelissement commence. Des femmes de la famille allument des bâtonnets d’encens sur toutes les tombes à proximité de celle du mort. Lorsque le cercueil n’est plus visible et qu’un monticule a été formé, les couronnes offertes sont disposées sur le tertre et le portrait photo est déposé au pied du cercueil.

Des papiers votifs sont brûlés tout autour du tombeau que la famille entoure ; le frère du défunt remercie l’assistance. Les amis et voisins se retirent et seule la famille reste autour du tombeau. Ils saluent par trois fois le cercueil et souhaitent un bon repos au mort puis, dans un concert de sanglots, la famille fait ses ultimes adieux en faisant le tour du tombeau, de droite à gauche ; les deux fils restent face au cercueil enseveli et partent les derniers. Le jeune homme reprend le portrait photo pour aller le déposer sur l’autel domestique de la maison familiale.

Le retour à la maison se fait sans aucun ordre précis mais personne ne reprendra le chemin emprunté lors du départ. Un rafraîchissement est offert (Tra no miêng : « en remboursement des dettes de la bouche ») à tous les invités alors que la femme et un des fils cadets se rendent auprès de l’autel domestique afin de confirmer la venue du défunt dans l’autre monde et lui souhaiter la bienvenue sur son nouveau support.

Cet enterrement temporaire sera suivi d’un enterrement définitif. Lorsque le géomancien aura décidé d’une date propice, les restes seront déterrés et un autre enterrement aura lieu. Lors de ce nouvel et dernier ensevelissement, une tombe de pierre recouvrira les restes mortuaires. Cette cérémonie se célèbrera avec moins de faste que la première et confirmera le statut du mort comme ancêtre familial.

Les dispositions relatives à l’inhumation des défunts tendent à se modifier parallèlement aux changements sociaux survenant dans le pays. Pour les Vietnamiens vivant en France, ces pratiques ont dû être simplifiées mais elles restent tout de même un point névralgique dans la vie familiale et individuelle de l’ensemble des Vietnamiens.

Une existence éternelle dans les boissons traditionnelles

En parlant d’une culture, on ne reste pas seulement dans ses mœurs et coutumes mais il faut également aborder ses boissons traditionnelles.

L’art du thé vietnamien

art du the vietnam
L’art du thé vietnamien - un véritable art à vivre

L’art du thé est difficile, depuis le choix du thé lui-même, sa préparation, l’action de faire bouillir l’eau, de faire l’infusion, de la répartir dans les tasses qui laisse s’échapper tout l’arôme, jusqu’à l’instant où l’on s’assoit et savoure sa quintessence en gestes mesurés, de tous ses sens et de tout son âme.

Depuis des temps reculés, les Vietnamiens savent parfumer le thé avec de nombreuses espèces de fleurs: lotus, jasmin, chloranthus, chrysanthème,….mariant parfum du thé et senteurs florales pour profiter ainsi de toutes les fragrances du ciel et de la terre. Chaque fleur offre au thé son arôme particulier mais la plus originale est le lotus. Sur l’étang aux lotus, le soir, en petite barque, on s’approche des fleurs et on introduit à l’intérieur de chacune d’elles un petit sachet de thé qui s’imprègne de tous les effluves et forces vitales de la fleur.

Puis, le lendemain, aux premières heures, le maître de maison n’a plus qu’à refaire sa tournée en petite barque pour faire sa cueillette. Pour agir sur une plus grande échelle, on cueille les anthères blanches au sommet des étamines, le gạo sen (riz de lotus), qu’on mélange avec le thé. On place le tout dans une enceinte hermétique pendant un ou deux jours, jusqu’au flétrissement du riz de lotus et on parfait le séchage du thé sur un feu très doux.

Un seul kilogramme de thé nécessite une centaine de fleurs, et un travail minutieux de plusieurs jours, ce qui explique son prix et sa valeur: ce produit de luxe n’est employé qu’à de grandes occasions pour marquer l’honneur que font les maîtres du lieu à leurs hôtes.

L’alcool vietnamien

alcool vietnamien
Les fameux alcools aux serpents 

L’alcool vietnamien est fait à partir du riz gluant. Le riz cuit à la vapeur, mis à fermenter puis distillé, il s’appelle Rượu trắng (alcool blanc) ou rượu đế (alcool de base), ce qui le distingue des autres alcools parfumés aux fruits ou aux fleurs, appelés rượu mùi (alcool odoriférant) ou rượu màu (alcool coloré) comme des alcools aux chrysanthèmes, au lotus, au citron…

C’est aussi un très bon accompagnement pour les médicaments. Parmi les alcools médicinaux, on trouve des alcools précieux aux serpents (tam xà = trois serpents ou ngũ xà = cinq serpents) ou aux iguanes.

Cependant, pour déguster, les connaisseurs n’emploient que l’alcool de base. Pour le culte des ancêtres, il faut toujours un verre d’alcool blanc à l’exlusion de tout autre alcool, parfumé, ou médicinal. Au Vietnam, certaines régions sont réputées pour leur alcool comme le village de Vân ou celui de Kẻ Mơ, par exemple.

Dans son livre “Géographie” écrit en 1435, Nguyễn Trãi a noté que le quartier de Thuỵ Phương (actuellement Thuỵ Khuê à Hanoi) est le centre producteur de l’alcool le plus réputé. A l’époque des Lê-Trinh, il existait encore à cet endroit une statue du Bouddha ivre (l’alcool y est si bon que même le Bouddha de pierre a manqué à l’un des cinq commandements bouddhistes).

Une omniprésence dans les arts traditionnels

La culture vietnamienne se reflète aussi dans ses arts qui sont bien riches et divers dans les festivals. Pour compléter l’article, nous vous présentons ses quelques arts de spectacle.

La musique et les danses impériales

musique et danse imperiale
La musique et les danses impériales de Hue

La musique et les danses impériales ont connu un fort développement sous le règne du roi Le Thai Tong sous plusieurs formes de musique et de danse très diversifiées, à savoir Trung cung chỉ nhạc, Yến nhạc, Nhã nhạc, Đại nhạc, Văn vũ, Võ vũ… Sous la dynastie des Nguyen, la musique et les danses impériales ont atteint leur apogée avec les airs de Bát Dật présentés dans la célébration du Ciel, pratiquée par les rois de la dynastie de Nguyen, à Dan Nam Giao, Múa quạt (danse des éventails), Tam tinh chúc thọ, Bát tiên hiến, Lục triệt hoa mã đăng, Lục cúng hoa đăng, lors des grandes cérémonies rituelles de la Cour féodale.

Nombreuses d’entre elles ont été conservées et développées jusqu’à nos jours. En 2003, la musique de Cour de Hue (Nhã nhạc cung đình Huế) a été reconnue comme Patrimoine culturel immatériel du monde par l’UNESCO. Assiter à un spectacle de la musique impériale constitue donc une activité incontournable lors d'un voyage à la ville de Hué

Les marionnettes sur l’eau

spectacle des marionnettes sur l''eau
Un spectacle des marionnettes sur l'eau à Hanoi

Cet art vietnamien est un genre théâtral traditionnel très apprécié du monde entier. Il est apparu sous la dynastie des Ly (1009-1225). Une pièce de marionnettes sur l’eau se compose de nombreux personnages. Chaque marionnette est une oeuvre sculpturale folklorique, représentant des traits physiques et caractéristiques typiques, différents les uns des autres. Les marionnettes sont fabriquées en bois, recouvertes à l’extérieur d’une matière imperméable.

Le personnage caractéristique des marionnettes sur l’eau est “Chu Teu” avec des traits bien arrondis et un sourire optimiste permanent. Les artistes de ce genre de théâtre doivent se mettre dans l’eau, derrière le rideau pour manipuler les perches, les ficelles, et les poulies des marionnettes. La musique qui accompagne le spectacle comprend des percussions, des clochettes en bois, des claquettes…

>>> Faites des voyages à Hanoi pour contempler des spectacles de marionnettes sur l'eau intéressants !

Chèo (opéra traditionnel)

cheo - opera traditionel
Cheo - opéra traditionel du Vietnam

Issu de la musique et de la danse folklorique du Vietnam, le Chèo est le genre de théâtre traditionnel le plus remarquable du Vietnam. Il était au début très répandu dans les villages, et est devenu au fur et à mesure un genre d’opéra populaire exceptionnel du delta du Nord. L’opéra populaire chèo comprend la danse, le chant, la musique et les textes qui reprennent des anecdotes historiques ou sociales.

La narration d’une pièce de chèo abonde d’expressions lyriques provenant des “ca dao” (chansons populaires), “tuc ngu” (dictons), et illustre l’optimisme humain à travers des expressions humoristiques, ironiques et intelligentes; l’humanisme se traduit nettement dans ce théâtre, reflétant l’aspiration au bonheur, à une société solidaire, à la protection humaine, à la victoire du bien sur le mal.

Les personnages dans le chèo sont de caractère symbolique, conventionnel et leur mentalité n’évolue pas du début à la fin de la pièce. Ce patrimoine du théâtre populaire traditionnel qui connait toujours un engouement chez différentes générations de public se compose de Quan Âm Thị Kính, Chu Mãi Thần, Kim Nhan…

Le Cai luong (théâtre rénové)

cai luong - art traditionel
Cai luong - théâtre rénové au début du XXe siècle

Cai Luong est un genre de théâtre mêlant des chants, apparu au début du XXe siècle. L’origine du “Cải lương” est l’ensemble des airs populaires, de la “musique jouée par les amateurs” dans l’ouest de la région méridionale. Le “Cải lương” reprend également des éléments scéniques et de la musique du théâtre “Tuồng”.

Ressemblant à d’autres théâtres traditionnels du Vietnam, le “Cải lương” comprend la danse, le chant, la musique. Les instruments essentiels dans ce théâtre sont la guitare et la cithare “lune”. Les meilleures pièces sont: Lục Vân Tiên, Lưu Bình – Dương Lễ, Đời cô Lựu (la vie de Mlle. Luu), Tô Ánh Nguyệt và Mộng Hoa Vương, Nửa đời hương phấn (La moitié d’une vie de beauté), Chim Việt cành Nam (Oiseau Viet, branche Nam), Thái Hậu Dương Vân Nga (la Reine- mère Duong Van Nga)…

Les Hat Quan ho (chants Quan ho-Bac Ninh)

chants quan ho bac ninh
Chants Quan ho réputé de la région de Bac Ninh

Ils sont issus des chants alternés de filles et de garçons pratiqués depuis les temps lointains. Le chant Quan ho se pratique essentiellement dans chaque village, une fois par an à l’occasion de la fête du village. Il traduit l’amitié entre filles et garçons et le jumelage des deux villages. On chante le Quan ho toujours en duo, selon un ordre établi à la fois sur le sujet et sur les airs et selon un principe de symétrie de parole et de ton.

On observe jusqu’à nos jours près de 180 airs de Quan ho conservés et comportant des paroles lyriques, belles, à expressions populaires, imagées et à techniques particulières. Tout cela confère aux chants Quan ho une beauté et une attraction exceptionnelle.

>>> Envie d'explorer des caractéristiques culturels dans la vie spirituelle des Vietnamiens ? Partez au Vietnam et commencez votre découverte !

Les articles susceptibles de vous intéresser :
Thu phap : Introduction à l’art de la calligraphie vietnamienne

Thu phap : Introduction à l’art de la calligraphie vietnamienne

La calligraphie Vietnam, appelée « Thu phap » en vietnamien, est une forme d’expression artistique populaire dans la culture vietnamienne.

26/10/20204.084 views
Mam tom ou pâte de crevette, le fleuron de la cuisine vietnamienne

Mam tom ou pâte de crevette, le fleuron de la cuisine vietnamienne

Parmi plus de 100 types de sauces vietnamiennes, Mam tom est la sauce préférée des locaux. Lisez cet article pour en savoir plus sur cette sauce magique !

13/10/20204.077 views
Tet Trung thu : Tout savoir sur la fête de la lune au Vietnam !

Tet Trung thu : Tout savoir sur la fête de la lune au Vietnam !

Tet Trung thu a lieu tous les ans le 15 ème jour du 8 ème mois du calendrier lunaire, en septembre ou octobre. Elle se célèbre toujours durant une nuit de pleine lune, ce qui lui vaut le surnom de Fête de la lune ou du Festival de la lune de récoltes.

22/09/20204.051 views
Bun bo Hue, histoire et recette de l’une des meilleures soupes de nouilles du monde

Bun bo Hue, histoire et recette de l’une des meilleures soupes de nouilles du monde

Connu comme l’une des meilleures soupes de nouilles du monde, Bun bo Hue est un plat signature de Hué. Découvrez cette quintessence culinaire de la ville impériale dans notre article!

14/09/20204.047 views
Les secrets du non la, le chapeau conique traditionnel du Vietnam

Les secrets du non la, le chapeau conique traditionnel du Vietnam

Découvrez tous les secrets de non la ou chapeau conique, véritable emblème du pays, accessoire indispensable des paysans vietnamiens pour se protéger du soleil et de la pluie pendant les travaux dans les rizières.

03/09/20204.044 views
Tatouage au Vietnam :  Un art ancré dans lhistoire vietnamienne

Tatouage au Vietnam : Un art ancré dans l'histoire vietnamienne

Le tatouage Vietnam a une longue tradition datant depuis des milliers d'années. Lisez cet article pour en savoir plus sur son histoire et comment se tatouer au Vietnam!

03/09/20204.043 views
Drapeau Vietnam : l’histoire et lévolution fascinante du symbole national au cours des siècles !

Drapeau Vietnam : l’histoire et l'évolution fascinante du symbole national au cours des siècles !

Comme tous les autres pays du monde, le Vietnam dispose d'un drapeau national officiel. Mais le pays en forme d’un grand S possède encore plein d’autres types de drapeaux, celui du régime politique et ceux des religions et croyances populaires, aussi intéressants et curieux les uns que les autres. Découvrez dans cet article tous ces drapeaux vietnamiens suivis de leurs origines et significations.

26/08/20204.040 views
Nuoc mam, la sauce miracle vietnamienne à base de poisson fermenté

Nuoc mam, la sauce miracle vietnamienne à base de poisson fermenté

Le nuoc mam est la célèbre sauce vietnamienne à base de poisson fermenté et fait partie intégrante de la cuisine locale. Découvrez sans plus attendre tous les secrets de la sauce star du Vietnam à goûter absolument lors de votre voyage au Vietnam !

21/08/20204.039 views
Top 11 des temples et pagodes à visiter absolument au Vietnam

Top 11 des temples et pagodes à visiter absolument au Vietnam

Le Vietnam abrite un bon nombre de temples et de pagodes où se mêlent différentes religions. Découvrez dans cet article, la liste des pagodes et temples Vietnam les plus grandioses du nord au sud du pays !

17/08/20204.037 views
Peinture vietnamienne et tout ce que vous ne savez peut-être pas encore

Peinture vietnamienne et tout ce que vous ne savez peut-être pas encore

Peinture Vietnam – Un aperçu général, des représentations folkloriques traditionnelles à la peinture contemporaine

14/08/20204.036 views
Nous contacter Devis sur mesure
gop top